Mass Immigration Could Erase Benefits Of Site C Dam In 20 Years

Mass Immigration could erase the benefits of the Site C dam in 20 Years

So now it’s official. The B.C. Liberal government of Christy Clark will indeed proceed with the $9 billion Site C dam, a massive hydro-electric project that will flood a huge portion of the fertile Peace River Valley. A valley which has the potential to feed one million people. Considering the very real prospect of dramatic climate change and food shortages, rational observers can be forgiven for regarding this project as an untenable sacrifice.

But B.C.’s Energy Minister Bill Bennett believes that the trade-off is worth it. Whether the increased capacity is surplus to the province’s current energy needs or not, Bennett contends energy demands will increase by 40% over the next two decades and that B.C. is expected to grow by one million. Statistics Canada, however, would beg to differ. It is worse than that.

On the heels of the Site C announcement, Stats Can released new population projections that predict that in just 25 years overseas immigration could swell B.C.’s population by as many as 2 million people—-­twice Bennett’s forecast. Not to worry though—-B.C. Hydro estimates that Site C will generate enough capacity to power the equivalent of 450,000 homes a year.

Sounds impressive, doesn’t it? There is one tiny problem though. Those energy gains will be negated by just 20 years of business-as-usual immigration!

If that seems implausible, consider the following premises presented in logical sequence:

1. As previously stated, B.C. Hydro assures us that the Site C dam will supply enough power to serve 450,000 homes.

2. According to Stats Can, there are, on average, 2.5 people living in each Canadian household.

3. Stats Can projects that B.C.’s population could increase by 2 million people in the next 25 years.

4. Immigration will account for at least 70% of that growth. In other words, B.C. can expect to accommodate 1,400,000 immigrants over the next quarter century. At 2.5 people per household, 560,00 housing units will need to be built to shelter them. That would be an average of 22,400 per year.

5. Accordingly, pro-rating these estimates, over 20 years roughly 450,000 housing units will need to be built to house the 1,120,000 immigrants who will have by then taken up residence in the province.

So there you have it. An ill-advised $9 billion investment that will power the equivalent of 450,000 homes will, in just 20 years, be offset by the need to build that same number of homes thanks to immigration-driven population growth. One wonders what Hydro customers and B.C. taxpayers will say then? “Boy, that extra capacity that B. C. Hydro promised us was sure used up fast, wasn’t it?” And what will B.C. Hydro then recommend? Another Site C dam?

B. C. Hydro giveth and population growth taketh away. So much for Premier Christy Clark’s claim that the Site C dam will ensure B.C.’s energy self-sufficiency for one hundred years.

Seen in this light—B. C. Hydro and Premier Christy Clark— like all other politicians who worship at the altar of endless growth—are like a morbidly obese glutton who, rather than go on a diet, tells his tailor to keep letting out his pants.

Some might dismiss the foregoing estimates as being based on Stats Can’s highest projections. But keep in mind that the “Business-as-Usual” immigration we are talking about here is lower than what all federal parties desire and vow to implement– and it is not inclusive of the plus 150,000 people who come to Canada each year on so called “Temporary” Visas.

Nor is it inclusive of the hundreds of thousands or even millions of refugees that strategic planners expect to come here in the not-so-distant future. It should be understood that “temporary” residents, and refugees­—- like immigrants—-are energy consumers too. And their Canadian-born children will be as well. Bottom line, if anything, this analysis may be too conservative.

It should also be understood that immigrants in British Columbia will consume much more than the household electricity produced by Site C. The point here is not that immigrants alone are responsible for consumption—we all are— but that increases in human population inevitably lead to more consumption, and in British Columbia immigration is responsible for that growth. And in case you haven’t heard the news—there are limits to growth.

There are also limits to the ability of conservation and ‘green’, ‘clean’ renewable energy technology to offset growth. Both the NDP and Green Party opposition leaders talk about “cleantech” options like geothermal, wind and solar power. But as acclaimed science writer Dawn Stover said, “None of our current energy technologies are truly renewable, at least not in the way they are currently being deployed. We haven’t discovered any form of energy that is completely clean and recyclable, and that the notion that such an energy source can ever be found is a mirage.” British energy expert Andrew Ferguson would concur. Ferguson has remarked that alternative renewable energy sources could, in our most optimistic imaginings, satisfy no more than 20-25% of our current energy demands. Green energy sounds great, but as Canada’s esteemed energy expert, Dr. David Hughes, has warned us, “Beware of scale”.

Furthermore, many of these pie-in-the-sky technologies require natural non-renewable resources. In Stover’s words, “Renewable energy sounds so much more natural and believable than a perpetual-motion-machine, but there’s one big problem: Unless you’re planning to live without electricity and motorized transportation, you need more than just wind, water, sunlight, and plants for energy. You need raw materials, real estate, and other things that will run out one day. You need stuff that has to be mined, drilled, transported and bulldozed—not simply harvested or farmed. You need non-renewable resources.” Now for the bad news: Of the 89 fuels, metals and minerals inventoried by analyst Chris Clugston in his book “Scarcity”, at least 69 of them will soon not be affordably accessible. All of them are vital to the operation of our global industrial economy, and it is inconceivable that substitutes could be found for more than a handful of them. Like “infinite growth”, the notion of “infinite substitutability” is a cornucopian delusion.

Given that reality, the best we can do is slow down our consumption of these resources. Encouraging runaway population growth—or the immigration levels that drive it­ is obviously not the way to do it.

It is time to apply the brakes. It is time to reduce immigration. Substantially and immediately.

Tim Murray
December 31, 2014




L’immigration de masse airait pour effet d’annuler les bénéfices de la construction du barrage du « site C dam » dans 20 ans.

La nouvelle vient d’être officialisée. Le gouvernement Libéral de Colombie-Britannique dirigé par Christy Clark dépensera 9 milliards de dollars sur le barrage du « site C dam », un barrage hydro-électrique massif qui inondera une immense superficie de terres fertiles dans la région de Peace River Valley. Peace River Valley a un potentiel agricole pouvant nourrir jusqu’à 1 million d’individus. En considérant les prévisions dues aux changements climatiques ainsi que la pénurie de nourriture possible, certains observateurs considèrent ce projet comme un sacrifice irrationnel.

Le ministre de l’énergie de Colombie-Britannique Bill Bennett considère que le projet en vaut la chandelle. Peu importe qu’il s’agisse d’assurer un surplus à la demande actuelle en approvisionnement d’énergie, Bennett se contente de dire que la demande augmentera de 40% dans les 20 prochaines années et que la population de Colombie-Britannique devrait compter un million d’individus supplémentaires. Statistique Canada n’est pas aussi optimiste. Ces projections sont bien plus élevées.

A peu près au même moment ou la construction du « site C dam » fut annoncée, Statistique Canada a publié un nouveau rapport sur les projections de population prédisant que dans 25 ans, l’immigration d’outre-mer pourrait faire augmenter la population de Colombie-Britannique de plus de 2 millions d’individus, le double de ce qui a été avancé par Bennett. Il ne faudrait pas se faire de souci selon B.C. Hydro puisque le site C générera assez d’énergie pour alimenter l’équivalent de 450 000 résidences.

Le chiffre impressionne à première vue, il n’y a qu’un seul petit problème. Ces gains en énergie serait annulé en 20 ans du aux politiques actuelles en matière d’immigration!

Si cette conclusion ne vous semble pas plausible, prenez en compte les arguments suivants élaborés en suite logique:

1. Comme il a été mentionné précédemment, B.C. Hydro nous assure que le « site C dam » va dégager assez d’énergie pour alimenter 450 000 résidences.

2. Selon Statistique Canada, il y a, en moyenne, 2.5 personnes par residence au Canada.

3. Statistique Canada projette que la population de Colombie-Britannique pourrait augmenter de 2 millions d’individus dans les prochaines 25 années.

4. L’immigration comptera pour au moins 70% de cette augmentation de population. En d’autres mots, la Colombie-Britannique doit s’attendre à accueillir 1 400 000 d’immigrants dans le prochain quart de siècle. Avec une moyenne de 2.5 personnes par résidences, 560 000 maisons devront être construites pour loger ces immigrants. Il faudra donc construire en moyenne 22 400 maison par année.

5. En effectuant une projection de ces estimations sur 20 ans, 450 000 maisons devrons être construites pour abriter les quelques 1 120 000 immigrant qui se seront établis dans la province.

La démonstration est faite. Cet investissement de 9 milliards de dollars qui servira à alimenter en électricité 450 000 résidences sera annulé dans 20 ans par la nécessité de construire le même nombre de logements pour accueillir les nouveaux immigrants. Nous ne pouvons qu’imaginer ce que les payeurs de taxes penseront dans 20 ans : « Mon dieu, cette excédant d’énergie promis par B.C. Hydro a été utilisé bien rapidement il me semble? ». Que recommendera B.C. Hydro à ce moment, un autre projet équivalent au « site C dam »?

B.C. Hydro ajoute et l’augmentation de population prend plus. Il va sans dire que les affirmations de Christy Clark à l’effet que le « site C dam » assurera l’autonomie au niveau énergétique de la Colombie-Britannique sont fausses.

En analysant la situation, B.C. Hydro ainsi que la première ministre Christy Clark (qui comme tous les autres politiciens valorise une expansion infinie) sont comme un glouton obèse qui, au lieu de se mettre à la diète, préfère demander à son tailleur d’élargir son pantalon.

Plusieurs voudront balayer nos affirmations du revers de la main car les estimations sont basées sur les projections les plus élevées de Statistique Canada. À cela, il faut mentionner que les politiques actuels en matière d’immigration sont basées sur un nombre inférieur à ce que les parties fédéraux voudraient réellement faire entrer. De plus, le nombre n’inclut pas les 150 000 individus que le Canada accueille par année sur des visas temporaires.

Nos chiffres ne prennent également pas en compte les centaines de millier ou même les millions de réfugiés que les planificateurs stratégiques s’attendent à recevoir dans un avenir très rapproché. Il faut prendre en compte que les résidents « temporaires » ainsi que les réfugiés, à l’instar des immigrants, sont également des consommateurs d’énergie. Et leurs enfants nés Canadiens le seront eux aussi. En fin de compte, la seule chose qui pourrait être reprochée à cette analyse est d’être trop conservatrice.

Il faut également comprendre que les immigrants de Colombie-Britannique ne consommeront pas uniquement que de l’énergie résidentielle produite par le « site C dam ». Le point est que ce ne sont pas que les immigrants qui sont responsable de la consommation d’énergie, nous le sommes tous, par contre l’augmentation de population entraine inévitablement une plus grande consommation d’énergie et l’immigration en Colombie-Britannique est responsable de cette demande accrue. Et au cas où vous l’ignorez il y a des limites à l’expansionnisme.

Il y a aussi des limites à pouvoir créer des solutions « vertes » et « propres » d’énergie renouvelables qui amortiront cette expansion. Les leaders du NPD et du Parti Vert dans l’opposition parle des technologies vertes comme la géothermie, l’énergie éolienne et l’énergie solaire. L’auteur d’articles scientifiques Dawn Stover mentionne la chose suivante : « Aucune de nos technologies actuelles au niveau de la production d’énergie n’est complètement renouvelable, du moins pas de la manière dont elles sont déployés. Nous n’avons découvert aucune forme d’énergie qui soit complètement propre et réutilisable et la notion qu’une telle source d’énergie existe n’est qu’un mirage. » L’expert énergétique Britannique Andrew Ferguson le confirme. Ferguson a remarqué que les sources alternatives d’énergie renouvelables ne pourraient satisfaire plus de 20% à 25% de nos besoin énergétiques. L’énergie verte semble fabuleuse mais l’expert Canadien Dr. David Hughes qu’il faut faire preuve de prudence quant à la quantité que nous pouvons produire.

Qui plus est, ces nouvelles technologies requièrent des ressources naturelles non-renouvelables. Stover fait l’analogie suivante : « Une énergie renouvelable semble tellement plus naturel qu’une machine à mouvements perpétuels, mais il n’y a qu’un seul problème : « Tant que vous utiliserez de l’électricité et des véhicules motorisés pour vous transporter, le vent, l’eau, la lumière et les plantes ne seront pas suffisants pour vous approvisionner en énergie. Vous aurez besoin de support matériel et des bâtiments et des matières non renouvelables. Vous aurez besoin de miner, excaver, transporter et démolir, et non pas simplement cueillir et entreposer. » La mauvaise nouvelle : Des 89 carburants, métaux et minéraux répertoriés par l’analyste Chris Clugston dans son livre « Scarcity » au moins 69 de ces éléments deviendront bientôt très dispendieux et peu accessible. Chacun d’entre eux est indispensable pour opérer notre économie industrielle globale et il est inconcevable que des substituts puissent être découvert pour la majorité d’entre eux. Comme la notion d’expansion infinie, la notion de substitution infinie est illusoire.

En function de cette réalité, la meilleure chose à faire est de ralentir notre consommation de ces ressources. Encourager une augmentation incontrôlée de la population ou des niveaux d’immigration nous menant à augmenter le niveau de la population n’est pas soutenable.

Il est temps d’appliquer les freins. Il est temps de réduire l’immigration, significativement et immédiatement.